dimanche, octobre 2, 2022
AccueilActualitéBoite noire des automobiles : Les progrès et les limites

Boite noire des automobiles : Les progrès et les limites

Nous avons essayé de déterminer en quoi la boîte noire entravait notre liberté, mais nous n’y sommes pas parvenus. Nous nous sommes également demandés quel était son avantage, mais nous n’en avons pas trouvé non plus. La boîte noire d’un véhicule est une technologie inutile pour un automobiliste mais importante pour les compagnies d’assurance.

Depuis le 2 mai à minuit, toute automobile produite partout dans le monde et vendue en Europe doit être équipée d’une boîte noire. Bruxelles a pris cette décision en 2019, et elle est entrée en vigueur à cette date. A chaque fois que les autorités prennent des décisions pour surveiller notre comportement au volant, les mesures ne tardent pas à tomber.

Cette mesure a rapidement provoqué de bruit sur les réseaux sociaux, mais comme souvent les réactions sont de nature émotionnelle. « Nous devrions être indignés si cette mesure est adoptée », « Nous sommes tous surveillés, nous perdons notre liberté » et « Big brother is watching you », ne sont que quelques exemples relevés sur des centaines de publications. Pourtant, cette boite noire tant décriée ne fait rien de tout cela.

Mais à quoi servira-t-elle ? En réalité, il s’agit d’une puce électronique de base qui protège contre les chocs les plus violents. La directive européenne exige que cette puce enregistre plusieurs données : le port de la ceinture de sécurité, la vitesse de la voiture, son freinage et son accélération, le fonctionnement des clignotants et l’allumage (ou non) des phares. Toutes les deux minutes, toutes ces informations sont écrasées et remplacées jusqu’à ce qu’un accident se produise. Le système conserve un enregistrement de ce dont il a été témoin 30 secondes avant l’accident et 30 secondes après, afin que les forces de l’ordre puissent accéder à la boîte noire et recueillir les informations.

Puce électronique

La boîte noire d’un véhicule enregistre les données du véhicule, mais pas les conversations comme pour les avions

Il existe une différence majeure entre ces boîtes noires et celles que l’on trouve dans les avions. Pour ces derniers, elles enregistrent toutes les conversations dans le cockpit, alors que les boîtes noires des voitures sont dépourvues de cette fonctionnalité. Ces enregistrements, qu’ils soient aériens ou routiers, restent dans la puce intégrée à cet équipement. Autre point important, les données ne sont jamais envoyées via des technologies comme le GPS, 4G, 5G et autres. D’ailleurs aucune structure publique ou privée n’est habilitée à recevoir ces informations.

Il faudra être réaliste et préciser que l’argument selon lequel nous sommes privés de notre liberté de nous déplacer, est vraiment fallacieux.  Etrangement, ceux qui défendent la liberté à tout prix n’ont pas été très loquaces en 2018, lors de la mise en place de l’e-call, une mesure intrusive qui a équipé chaque véhicule depuis. On parle ici d’une plateforme de détection des accidents est connectée à chaque voiture par GPS, alertant les services d’urgence en cas d’accident. Le procédé a sans aucun doute sauvé des vies, mais le fait qu’il soit beaucoup plus « big brother » que la boîte noire est également une certitude. D’ailleurs, est-il possible que ce fameux dispositif de localisation, déjà en place sur les camions et les bus, ne présente aucun inconvénient s’il est appliqué aux voitures ? Malgré nos recherches assidues, nous n’en avons pas trouvé. En cas d’accident, l’importance de la boîte noire pour les compagnies d’assurance est évidente : une fois les données collectées, elles sauront en deux clics qui est responsable d’un sinistre. En conclusion, on est devant une solution simple, pas très coûteuse et plus facile à utiliser, mais elle ne résoudra pas vraiment tous les problèmes.

Une solution avantageuse pour les assurances

Les fabricants factureront ce qu’ils veulent pour les boîtes noires, et les consommateurs devront les payer. Le prix d’une voiture entre pour une large part dans le calcul de la prime d’assurance automobile, ce qui signifie qu’une voiture assurée plus chère ne se traduira pas par une prime moins élevée au final avec un tel équipement. Même si les assureurs promettent de ne pas augmenter leurs tarifs, nous devrons nous contenter de savoir qu’ils ont trouvé un moyen d’augmenter leur chiffre d’affaires. Une réalité que personne ne peut nier. En fin de compte, les consommateurs, quant à eux, ne gagneront rien avec cette technologie embarquée. Il est vrai qu’une telle déclaration est quelque peu exagérée, puisque les boîtes noires peuvent éventuellement dissuader les conducteurs de conduire la nuit sans lumière et dans l’obscurité, mais soyons réalistes, ce genre de de comportement est peu fréquent. Les boîtes noires ont des limites car elles ne peuvent en aucun détecter la conduite en état d’ébriété, l’assoupissement au volant ou encore l’utilisation du téléphone au volant. En réalité, le secteur des assurances n’a pas besoin de ce coup de pouce. Quand on sait qu’Axa, par exemple, a enregistré un bénéfice record de plus de 7 milliards d’euros en 2021, cela montre bien qu’une telle mesure ne sert que les intérêts de ceux qui n’en ont pas vraiment besoin est pour le moins inutile.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers Articles